Gilbert le Bris
Crise agricole
Jeudi, 04 Février 2016 18:12

J ai, avec d autres parlementaires socialistes bretons, interpellé le Commissaire européen en charge de l'Agriculture et du Développement rural par la lettre ouverte suivante:

Monsieur le Commissaire,

 

Nous nous permettons de vous adresser cette lettre ouverte alors que la Bretagne est confrontée à une crise agricole sans précédent. La détresse des éleveurs est profonde, la situation des exploitations agricoles est très préoccupante.

Les agriculteurs souhaitent avant tout pouvoir vivre dignement de leur métier, grâce à des prix rémunérateurs. Or, de nombreux éleveurs des filières porcine, bovine et laitière produisent à perte, les prix payés aux producteurs étant souvent inférieurs aux prix de revient malgré les gains de productivité constants réalisés par les agriculteurs.

En France, le Gouvernement a mis en place un plan de soutien à l’élevage français en vue de soulager les trésoreries des exploitations. Ces mesures d’urgence ne pourront effacer les responsabilités que chacun doit prendre désormais, à l’échelle des filières (des producteurs aux distributeurs), et des pouvoirs publics (des collectivités locales à l’Union européenne).

Aussi, nous attirons votre attention sur trois grands enjeux européens : l’étiquetage de l’origine des produits transformés, la levée de l’embargo russe et les distorsions de concurrence.

En premier lieu, nous soutenons le principe de l’étiquetage obligatoire du pays d’origine de la viande utilisée dans les produits transformés. Il vise à renforcer la traçabilité et à valoriser la production de viandes nées, élevées, abattues et transformées dans chaque pays membre de l’Union européenne.

C’est une attente légitime des éleveurs, des consommateurs, comme des industriels de notre région qui se rallient à cette idée, à l’image de la Cooperl Arc Atlantique ou de l’Union des Groupements de Producteurs de Viande de Bretagne.

En dépit d’une résolution adoptée par le Parlement européen en février 2015, la Commission européenne n’a pas encore pris d’initiative législative à ce sujet. Nous comptons donc sur votre mobilisation pour que cette revendication puisse aboutir dans les meilleurs délais.

Dans cette attente, des initiatives nationales sont engagées. Monsieur Stéphane LE FOLL, Ministre de l’Agriculture, a annoncé un projet de décret pour étendre l’étiquetage de l’origine aux produits transformés. Nous saluons cette initiative forte.

En deuxième lieu, nous souhaitons que les sanctions russes frappant les produits agroalimentaires européens soient levées dès que possible. En effet, l’importation de porcs européens est interdite par la Russie depuis février 2014.

Les éleveurs bretons sont les victimes collatérales des tensions géopolitiques, ce qui fragilise durablement toute une filière de production, pourvoyeuse de nombreux emplois dans l’industrie agro-alimentaire.

Nous vous serions donc reconnaissants de nous indiquer quelles initiatives peut prendre l’Union européenne afin de faire cesser l’embargo russe.

Enfin, les éleveurs nous ont alertés sur les distorsions de concurrence dont ils font l’objet. L’harmonisation des normes sociales, fiscales et environnementales au niveau européen doit être inscrite à l’ordre du jour de l’agenda européen afin que le mouvement puisse s’accélérer, sans s’aligner sur le moins-disant. C’est là une question d’équité entre les agriculteurs français et leurs homologues européens.

Si ces propositions ne constituent pas la solution à la crise agricole en France, elles y contribuent et nous sommes convaincus que l’Union européenne fait partie de la solution.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Commissaire européen, à l’expression de notre haute consideration.

 
Copyright 2008 © Gilbert le Bris - Conception & hébergement icomme - Mentions légales