Fête de la Rose à Quimperlé
Lundi, 15 Septembre 2014 17:00
fdr_2014-_cDimanche, la 8è circonscription a organisé sa traditionnelle Fête de la Rose à Quimperlé. Elle fut, et je le condamne, perturbée, lors de son démarrage, par des militants du Front national. Si les méthodes ne m’étonnent guère, l’agression dont a été victime l’un de nos secrétaires de section est inacceptable.
Ce rassemblement du parti socialiste sur notre territoire ne pourrait se tenir chaque année sans la volonté indéfectible de nos militants dévoués et je les en remercie.
Après un déjeuner convivial, nous avons accueilli, avec plaisir, le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis. Dans mon intervention l’après-midi, j’ai souhaité revenir sur différents thèmes en cette rentrée pour le moins agitée ; j’ai, en effet, tenu à expliquer ma position aux militants et sympathisants face au remaniement gouvernemental et à l’attitude d’Arnaud Montebourg.
Je suis, également, revenu sur l’absolue nécessité de voter la confiance au gouvernement cette semaine à l’Assemblée nationale. Cette confiance nécessaire si nous voulons sortir le pays de la crise dans laquelle il est enfoncé. J’ai expliqué et marqué mon hostilité au combat de mes camarades qu’on dénomme les frondeurs.
Enfin, en tant que responsable de la délégation française à l’Assemblée parlementaire de l’Otan, il me semblait utile d’évoquer la dramatique situation internationale qui nous inquiète terriblement.
D’autres sujets m’apparaissaient essentiels, ainsi je suis, notamment, revenu sur l’intérêt que nous devrions avoir à regarder « la mer avec les yeux de l’avenir » et que nous prenions conscience, en tant que 2è territoire maritime mondial, de la nécessité de valoriser notre maritimité. Et enfin, le projet de la réforme territoriale (et ma position sur le rattachement de la Loire-Atlantique) dont les discussions vont se poursuivre cet automne à l’Assemblée. 
Vous pouvez retrouver l’intégralité de mon intervention en cliquant sur ce lien (retranscription écrite d’un enregistrement audio).

(Photo : remerciement à Jean-Yves Cabon)
 
Vote de confiance au gouvernement
Vendredi, 12 Septembre 2014 19:11

COMMUNIQUE DE PRESSE

Voici ma position quant au vote de confiance au gouvernement la semaine prochaine :

Je voterai la confiance au gouvernement mardi car :

- La confiance c’est ce dont ont le plus besoin nos concitoyens en ce moment.

- La confiance ne peut résulter que d’un gouvernement cohérent et efficace appuyé par une majorité fidèle et déterminée

- La confiance sera la résultante de choix clairs dans un monde troublé et d’orientations économiques franches dans une conjoncture médiocre

- La confiance a une répercussion économique plus forte que bien des théories budgétaires ; la confiance est de la croissance.

La confiance ne se décrète pas, elle se gagne.

Gagnons déjà ce combat !

 
Sommet de l’OTAN à Newport
Jeudi, 04 Septembre 2014 12:09

londonCe jour et demain se tient à Newport au Pays de Galles le sommet de l’OTAN réunissant les chefs d’Etat des pays de l’Alliance Atlantique.

J’ai participé depuis le début de semaine à Londres, pour représenter la France, à la rencontre préparatoire de l’A.P. OTAN.

Une rencontre avec la toute nouvelle (elle était arrivée la veille !) représentante de la France au Royaume-Uni, Madame Sylvie Bermann, une réception au 10 Downing Street avec David Cameron ont marqué le début et la fin de nos travaux. Les représentants de chaque pays participant ont présenté leurs priorités dans l’évolution de ce monde incertain et déséquilibré qui est le nôtre.

La question de l’Ukraine, de l’Etat dit islamique en Irak et au levant, de l’après Afghanistan, de la Libye et du Sahel ont été au cœur de nos préoccupations.

Réunis au Foreign office j’ai axé mes interventions sur les points suivants :

La stratégie d’épuisement mise en œuvre par la Russie en Ukraine doit être battue en brèche par des réassurances aux pays membres de l’OTAN et une aide à ce pays partenaire.

La solidarité européenne n’est plus une option mais un impératif.

L’effort de défense collectif doit être porté à 2% du PIB mais avec au moins 20% de cette somme pour les équipements.

La réactivité de l’Alliance doit être améliorée par la mise en place d’une force interarmées à très haut degré d’alerte.

Concernant les « Mistral », ces BPC en construction à Saint-Nazaire, j’ai refusé que la France soit considérée en accusée même si, de toute évidence, les circonstances ont changé depuis la signature du contrat. La meilleure posture, à la fois pour tenir compte du contexte international mais aussi de la fiabilité de la signature française, est d’ajuster la décision à l’attitude russe réelle jugée au moment de la date prévue de livraison.

 
Désaccord avec Arnaud Montebourg
Mercredi, 27 Août 2014 08:08
28juin2011-2Je fais partie des «fidèles historiques» d’Arnaud. Je l’ai accompagné depuis son arrivée à l’Assemblée, ai participé à la mission « paradis fiscaux » avec lui, fondé le NPS à ses côtés, l’ai soutenu à chaque congrès, été son seul représentant parlementaire breton à la primaire socialiste de 2011.
Aujourd’hui je suis en désaccord non pas idéologiquement mais stratégiquement.
Pour avoir dirigé un exécutif durant de nombreuses années je sais que la cohérence d’une équipe est le gage de son efficacité. Arnaud souhaitait faire entendre « sa petite musique » comme disent les commentateurs. Mais il sait que l’on ne peut avoir un pied dedans, un pied dehors. Si son opposition aux orientations de MM Hollande/Valls était irréductible il devait ou ne pas participer au gouvernement ou le quitter de son propre chef.
Dans les temps troublés et difficiles que vit la France, je n’accepte ni la guérilla gouvernementale ni le harcèlement parlementaire.
Il est donc logique que le Président et le 1er ministre choisissent de retrouver une cohérence totale de l’exécutif, seule hypothèse permettant le retour de la confiance.
J’ajoute qu’entre la politique de l’offre (défendue par le gouvernement) et celle de la demande (défendue par Arnaud et les « frondeurs ») il n’y a pas un fossé idéologique tel qu’il justifie, surtout après les choix faits par la majorité parlementaire le 8 avril, la poursuite publique de la confrontation d’orientations économico-sociales.
L’heure est au rassemblement et à l'action, au moins de tous les socialistes, et l’on ne peut perdre du temps ou de l’énergie en polémiques stériles.
Sans doute Arnaud ferait-il un bon candidat à la Présidentielle, et il est vraisemblable qu’il me trouverait à ses côtés compte-tenu de la pertinence de ses idées ; mais pour le moment il est nécessaire de laisser le Président et le 1er ministre mener la politique qu’ils défendent et dont l’efficacité ne devra et ne pourra être jugée qu’au terme de leurs mandats.
Je regrette que la notion d’équipe, le « collectif » comme disent les sportifs, ait tendance à disparaître en politique au profit de l’individualisme groupusculaire et intolérant mais aussi de la dictature de l’immédiat alors même que le temps politique, économique et social est un temps long.
Paraphrasant Jean Jaurès, en cette année tristement anniversaire, je pense que l’heure est pour les politiques, à relativiser leur idéal et à songer au réel vécu par nos concitoyens.
Alors mettons moins en avant nos divergences et valorisons plus nos idées communes pour agir à la sortie de crise.
 
Copyright 2008 © Gilbert le Bris - Conception & hébergement icomme - Mentions légales