Dispositif "Citoyens du Sport"
Jeudi, 23 Juillet 2015 16:12
Issu des décisions du comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté, le programme spécifique «Citoyens du Sport» a été défini, il s’adresse aux acteurs de terrain, associations sportives, bénévoles et pratiquants.
Les mesures retenues se veulent donc particulièrement concrètes :
-    400 emplois supplémentaires d’éducatrices et d’éducateurs sportifs seront créés dans les quartiers de la politiques de la ville afin d’aider les clubs à se professionnaliser. Une aide de 18000 € par emploi et par an sera allouée.
Au total 300 emplois seront ainsi créés dès 2015 et 2.7 millions d’euros mobilisés. Ces emplois seront au cœur de projets de développement des pratiques sportives. Les structures intéressées par ce dispositif peuvent dès à présent prendre l’attache de leur Direction Départementale de la Cohésion Sociale.
-    Former 1500 jeunes aux métiers du sport en 3 ans grâce au dispositif SESAME pour l’emploi.
-    Un plan «Citoyen du Sport» sera arrêté par chaque fédération : il s’agit d’un plan de développement des pratiques sur les territoires prioritaires. Il doit conduire à un programme de formation pour les bénévoles (dirigeants, encadrants) et salariés aux valeurs citoyennes – 2 millions d’€ seront alloués aux fédérations pour remplir cet objectif.
-    Pour promouvoir l’engagement citoyen dans le sport, 15 000 missions de service civique seront proposées entre 2015 et 2017.
-    Le programme «J’apprends à nager» sera déployé en priorité sur les territoires urbains et ruraux fragiles, 1.5 millions d’€ seront alloués à ce dispositif en 2015, soit des moyens multipliés par 3 par rapport à l’existant.
-    500 000 € seront investis afin d’accompagner les associations nationales qui proposent une offre sportive dans les territoires prioritaires.

En renforçant l’accès des jeunes qui en sont le plus éloignés à la pratique sportive et en leur permettant une pratique éducative, régulière et encadrée au sein des clubs sportifs, le programme «Citoyens du Sport» ambitionne de favoriser l’éducation des plus jeunes et de contribuer à la mixité sociale et de genre.
 
Mon message auprès des délégations internationales pour le 60è anniversaire de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN
Mardi, 21 Juillet 2015 08:56
Avec mon collègue sénateur Jacques Gautier, j’ai exprimé aux participants que les commémorations sont toujours l’occasion de mesurer le chemin parcouru. Lorsque nos prédécesseurs se sont réunis pour la première fois, ici même à Paris, le 18 juillet 1955, la situation était des plus inquiétantes. Achevant à peine sa reconstruction et l’effacement des ravages matériels de la guerre, l’Europe était divisée par le Rideau de fer, l’OTAN ne compensait son infériorité numérique que par l’équilibre de la terreur et la doctrine nucléaire des représailles massives, le pacte de Varsovie venait d’être créé pour corseter encore davantage les pays d’Europe centrale et orientale et le droit à l’indépendance des Etats baltes  et des pays de ce que l’on appelait l’Union soviétique était dénié.
Nul ne se serait alors risqué à envisager que la chute du Mur de Berlin interviendrait ni que la situation serait en 2015 celle d’une Europe réunifiée, démocratique et pacifique, et capable de rester ferme et solidaire face aux nouveaux facteurs d’instabilité et d’insécurité qui ont émergé ces toutes dernières années sur le flanc Est, au Sud-Est et sur la Méditerranée.
Nous ne savons pas comment nous surmonterons ces défis très différents mais concomitants du terrorisme extrémiste qui prétend représenter l’Islam, de la déstabilisation sournoise et de la guerre hybride, de la cyber-menace, de la désinformation et aussi du repositionnement géopolitique de la Russie.
Nous pouvons avoir cependant une certitude : c’est en restant unis que nous ferons face et que nous le ferons efficacement.
De même que celle d’il y a soixante ans, cette réunion est l’incarnation de notre solidarité, de celle des Etats que nous représentons et des peuples qui nous ont mandatés, de manière que la société internationale reste fondée sur les valeurs de liberté, de démocratie, de paix et de sécurité qui sont la condition de l’épanouissement harmonieux des pays et des personnes, des femmes comme des hommes.
Comme en 1949 avec le traité de l’Atlantique Nord qui fait explicitement référence à la charte des Nations Unies, comme en 1955 lors de la réunion que nous commémorons, comme dans l’après-guerre froide, il nous appartient aujourd’hui de réaffirmer ensemble ce message universel.
C’est pourquoi, nous vous accueillons à Paris, au nom de la délégation française, non sans une certaine émotion en pensant à cet immense héritage politique et moral que nos prédécesseurs nous ont laissé et qu’il nous appartient de cultiver et développer.


With my colleague Senator Jacques Gautier, I expressed to the participants that the commemorations always provide an opportunity to assess how far we have come. When our predecessors met for the first time, here in Paris, on 18 July 1955, the situation was most alarming. Europe was divided by the Iron Curtain ans had hardly completed its reconstruction or removed the traces of the devastation left by war ; NATO could make up for its infériority in terms of numbers only through the balance of terror and the nuclear doctrine of massive retaliation, the Warsaw Pact had just been created in order to constrain the countries of central and Eastern Europe still further, and the right of the Baltic States and of countries in what was called the Soviet Union to independence was denied.
No-one then would have considered the likelihood that the Berlin Wall would fall, or in 2015 a situation in which Europe would ber e-unified, democrtic ans at peace and capable of remaining firm and united when faced with the new factors of instability and insecurity that have emerged in recent years on the Eastern flank, in the South-east in the Mediterranean.
We do not know how we will master these widely differinf but simultaneous challenges of extremist terrorism claiming to represent Islam, insidious destabilisation and hybrid warfare, the cyber threat, disinformation and also the geopolitical repositioning of Russia.
However, we can be certain of one thing : it is by staying united that we will confront them, and confront them effectively.
Like the meeting 60 years ago, this meeting is the embodiment of our solidarity and the solidarity the states that we represent and of the people who have appointed us, so that international society is still based on the values of freedom, democracy, peace and security that are the prerequisites for the harmonious development of countries ans persons, of womens as well as men.
Today, as in 1949 with the North Atlantic Treaty, which refers expressly to the United Nations Charter. So in 1955 at the meeting which we are commemorating and in the post-Cold War period, it is for us together to reaffirm this universal message.
That is why we welcome you to Paris on behalf of the French Delegation, not without a feeling of emotion when thinking of this vast political and moral heritage that our predecessors have left to us and that it is for us to cultivate and develop.
 
Message du Président de la République pour l’AP-OTAN
Lundi, 20 Juillet 2015 09:06

60e_ap_otanAvec les honneurs de la Garde républicaine, j’ai accueilli samedi au Sénat, avec mon collègue sénateur et le président Larcher, les délégués des 28 pays de l’OTAN venus pour le 60è anniversaire, jour pour jour, de la création de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN.

A cette occasion, le Président de la République a tenu à transmettre, par son ministre de la Défense, le message suivant : « En juillet 1955 se tenait au Palais de Chaillot la première « Conférence des parlementaires des pays de l’OTAN ». Il était naturel que, soixante ans plus tard, vous choisissiez de vous réunir de nouveau à Paris pour célébrer l’anniversaire de la fondation de votre Assemblée.
A cette occasion, je tiens à saluer le travail essentiel et nécessaire réalisé par les membres de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, représentants des parlements nationaux des 28 pays membre de l’Alliance. C’est en effet dans votre Assemblée que s’incarne le mieux la détermination exprimée par les rédacteurs du Traité de l’Atlantique Nord de 1949 de sauvegarder « la liberté de leurs peuples, leur héritage commun et leur civilisation, fondés sur les principes de la démocratie, les libertés individuelles et le règne du droit ».
Durant les années de guerre froide, l’Assemblée parlementaire de l’OTAN a contribué au développement de la démocratie parlementaire dans l’ensemble de la zone euro-atlantique et a su établir des points avec les forces politiques des pays du Pacte de Varsovie. L’AP-OTAN s’est également investie, dès les années 1990, dans le développement de relations avec le parlement russe, dans le cadre de la Commission parlementaire OTAN Russie, dont j’espère que les activités pourront, un jour prochain, être relancées.
La France ne conçoit pas sa stratégie de défense et de sécurité nationale en dehors du cadre de l’Alliance atlantique et de son engagement dans l’Union européenne. Comme nous le faisons dans le domaine de l’Europe de la défense, nous travaillons aujourd’hui, aux côtés des autres Alliés, à l’adaptation de l’OTAN aux nouveaux enjeux de la sécurité internationale. Cela exige, en premier lieu, de préserver l’unité et la crédibilité de l’Alliance atlantique, qui reposent sur la solidité de nos engagements réciproques en matière de défense collective et sur notre capacité à prévenir les crises et à y répondre. Le prochain sommet des chefs d’Etat et de gouvernement en 2016 à Varsovie sera une occasion importante d’examiner les progrès accomplis.
Les membres de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN participent, de manière parfois déterminante, à la construction du consensus entre Alliés sur ces questions. Ils exercent également un travail indispensable de pédagogie auprès des représentants élus et des citoyens des pays de l’Alliance. Ce travail permet aux Parlements d’effectuer les choix relevant du secteur de la défense dans les meilleures conditions.
Vos travaux contribuent également à expliquer les décisions, parfois complexes, que prend l’OTAN. Les missions que vous effectuez permettent ainsi d’assurer une plus grande transparence et une meilleure compréhension des activités de l’OTAN, dans les pays de l’Alliance comme dans les pays partenaires.
La densité des travaux de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, après soixante ans d’existence, témoigne de la vigueur de nos démocraties, de l’intérêt continu que vous portez à la préservation de la paix et de la sécurité de l’Europe et de l’Amérique du Nord, et de la force des liens entre les Parlements de la zone euro-atlantique. Je ne peux que m’en féliciter et vous accompagner de mes vœux dans vos futures entreprises au service des peuples de l’Alliance.
»

 
Copyright 2008 © Gilbert le Bris - Conception & hébergement icomme - Mentions légales