Elections législatives 2017 : Pourquoi je soutiens la candidature de Michaël Quernez
mq-glbNotre vie politique nationale est déstabilisée, en recherche d’un nouvel équilibre, d’un renouveau d’efficacité.
Dans ces temps incertains, il faut s’appuyer sur des gens de qualité, porteur d’aptitudes personnelles de détermination, d’intégrité et de compétences mais aussi intégrés dans un engagement collectif sur des valeurs, une histoire, un projet.
Michaël Quernez remplit absolument toutes ces conditions.
Je l’ai découvert en jeune, courageux, novateur et actif.
Je l’ai apprécié en parfait responsable, porteur d’idées et meneur d’équipes.
Je l’ai approuvé en élu qui sait dialoguer, déléguer et décider.
On le sait très attaché aux pays de Quimperlé et de Concarneau, efficace en Finistère, apprécié en Bretagne ; il saura prendre une dimension nationale. Utilisons "cet atout" pour la circonscription qu’est Michaël Quernez.
 
Retour de l'Arctique
Lundi, 15 Mai 2017 14:29
arctiqueJe reviens d’une mission AP-OTAN dans le très grand Nord.
Celle-ci m’a mené d’abord dans le Svalbard puis, tout au Nord de la Norvège, dans la région de Kirkenes.
Parmi les éléments marquants il y a bien sûr le climat, considéré par les locaux comme anormalement froid en cette période de l’année…sans qu’il faille en tirer une quelconque conclusion sur l’évolution du changement climatique !
Froid entre -15 et -20 degrés, avec soleil, dans le Svalbard où la nuit a quasiment disparu.
Froid entre -3 et - 8 degrés et avec chutes de neige à Kirkenes
C’est à Longyearbyen, petite (2000 h) capitale du Svalbard que nous avons travaillé, avec le ministre du climat et de l’environnement de Norvège Vidar Helgesen, sur les perspectives maritimes et environnementales de l’Arctique. Avec les responsables de l’Institut polaire, les armateurs et la garde côtière, avec des professeurs de l’université de Laponie et la secrétaire d’Etat aux affaires étrangères nous avons eu des entretiens sur la géopolitique et l’avenir de l’Arctique.
A Kirkenes nous avons plutôt travaillé sur les problématiques de la mer de Barents ainsi que sur celles des régions frontalières.
Quelques déplacements sur place m’ont permis de voir le glacier de Wahlenberg, la banquise et la faune locale. Le téléport de Svalsat (photo), le musée du territoire ou la réserve mondiale de semences (avec ses 933 000 échantillons !) nous ont été expliqués.
Je retiens aussi les visites aux postes frontières tant avec la Russie qu’avec la Finlande et l’histoire de ces régions qui ont beaucoup souffert durant la 2e guerre mondiale.
Au total une mission particulièrement utile dans une région où l’Histoire et la Géographie se conjuguent pour en faire des lieux exceptionnels.
 
Copyright 2008 © Gilbert le Bris - Conception & hébergement icomme - Mentions légales